• Jean-François Piège - Coté Crillon --- Coté Maison
     
      http://www.latabledeschefs.fr/livres/cote-crillon-cote-maison
  • Eric Frechon - Bigorneau en gelée de crevettes grises
     
      http://www.latabledeschefs.fr/eric-frechon/eric-frechon-bigorneau-en-gelee-de-crevettes-grises
  • Marc Haeberlin - Mousseline de grenouilles de Paul Haeberlin
     
      http://www.latabledeschefs.fr/marc-haeberlin/mousseline-grenouille
  • Jean Sulpice - Altitude 2300 m
     
      http://www.latabledeschefs.fr/jean-sulpice/jean-sulpice-altitude-2300-m
  • Jean-François Piège - Best Of
     
      http://www.latabledeschefs.fr/livres/jean-francois-piege-best-of
  • Frédéric Anton - La betterave, lamelles à la muscade et vieux comté en fin copeaux
     
      http://www.latabledeschefs.fr/frederic-anton/fines-lamelles-betteraves-parfumees-muscade-vieux-comte-jus-volaille
  • Sébastien Chambru - Cabillaud fini meunière, jeune carotte glacée au pain d'épices
     
      http://www.latabledeschefs.fr/sebastien-chambru/cabillaud-fini-meuniere-jeune-carotte-glacee-au-pain-epices

En Avril ne te découvre pas d’un fil …

… de couture.

J’aime le mois d’avril. Généralement c’est le mois des premiers beaux jours et il y a quelques années, un 1er Avril (!), j’épousais celle qui me supporte chaque jour.
Donc au mois d’avril j’essaye de trouver la petite attention, la surprise décalée, hors de nos habitudes, qui permet d’alimenter le feu de l’amour!

Un samedi au Bristol   Thé, champagne, gourmandises et défilé Maison Lejaby Couture

Photo : AFP

Il y a trois ans c’était  un dîner dans les cuisines du Ritz qui nous faisait mettre le doigt dans le monde de la bonne cuisine et apprécier l’ambiance des beaux hôtels.

Cette année, direction un très beau palace parisien, pour une après-midi autour d’un thé accompagné de quelques sucreries et mini sandwichs.Prendre le thé dans un palace rien de très existant me direz-vous ? Et si ce thé n’était que l’accompagnement de quelque chose de plus … sensuel, romantique, glamour, comme un défilé de mode !

C’est ce que propose le Bristol avec les « Samedi de la mode« . Quelques samedis dans l’année qui sont l’occasion de découvrir une marque en  privilégié. J’ai de la chance, ce samedi là c’est une belle marque française qui renaît, la Maison Lejaby Couture.

Le bristol

Notre Fiat Panda confiée au bon soin du voiturier qui ne laisse à aucun moment transparaître son étonnement face à ce véhicule au standing pas très « palace »,  nous voilà franchissant la porte à tambour du Bristol.

Un samedi au Bristol   Thé, champagne, gourmandises et défilé Maison Lejaby Couture

Marbre blanc, grands espaces, chics et lumineux. Magnifiques bouquets de fleurs, roses par ici, bégonias par là. Rien n’est trop clinquant, finalement assez sobre. Nous demandons notre chemin, personnel prévenant, tout en simplicité.

Un samedi au Bristol   Thé, champagne, gourmandises et défilé Maison Lejaby Couture

Direction l’ancien restaurant d’hiver où sont installées une vingtaine de petites tables. Une grande pièce ovale, moquette épaisse au sol, boiseries et grandes tapisseries sur les murs, lustres étincelants, contrastent avec la sobriété du reste de l’établissement.

Un samedi au Bristol   Thé, champagne, gourmandises et défilé Maison Lejaby Couture

Installés idéalement nous commençons par un thé vert délicatement parfumé, avec une douce astringence. Devant nous, deux assiettes, gourmandises sucrées dans l’une, salées dans l’autre.

Un samedi au Bristol   Thé, champagne, gourmandises et défilé Maison Lejaby Couture

C’est excellent et si les mini sandwichs sont présentés par paire, les sucreries présentées à l’unité obligent à des arrangements et des compromis. Autre solution, faire comme moi, profiter d’un moment d’inattention de Madame et se servir discrètement … « euh, non, j’ai rien touché! »

Maison Lejaby Couture

Un samedi au Bristol   Thé, champagne, gourmandises et défilé Maison Lejaby Couture

La marque Lejaby doit forcément vous dire quelque chose, par sa notoriété et/ou par son actualité récente qui a failli la voire disparaître sans une volonté farouche de quelques uns de conserver un savoir faire haut de gamme français. Finalement l’aventure continue et ce jour là je ne le regrette pas.
Une trentaine de modèles mélangeant maillots de bain, lingerie et nuisettes. Des couleurs, des découpes, des volumes, des transparences, coup de cœur pour 3 modèles.

Un samedi au Bristol   Thé, champagne, gourmandises et défilé Maison Lejaby Couture

Autant vous dire, c’est notre premier défilé « en live ». Des défilés de mode, nous avons en tête le stéréotype des défilés de haute couture avec mannequins proches de l’anorexie et sourire de jour de deuil …
Ici rien de cela. Les mannequins ont des formes, elles ne mesurent pas toutes 1,90m et surtout elles présentent toutes un sourire qui donne à ce défilé une ambiance très décontractée, on serait presque à la plage avec ces beaux maillots de bain.

Champagne, hibiscus, émotion

Pour finir cet instant hors du temps, nous est servi une coupe de champagne avec un dessert : les surprises s’enchaînent.
C’est notre première visite au Bristol mais c’est un établissement que je connais bien virtuellement par le biais de son chef de cuisine, Eric Frechon et son chef pâtissier Laurent Jeannin.
Depuis que j’ai acheté le livre d’Eric Frechon (une belle réussite) j’en ai réalisé et publié un bon nombre ici même.

Alors pourquoi ne pas avoir encore franchi la porte du restaurant du Bristol pour y manger ?
Sûrement un peu une question de prix, mais quand j’aime je ne compte pas ou du moins je sais faire l’effort.  La véritable raison doit être plus proche de l’appréhension, la peur d’être déçu. J’idéalise tellement le moment que je trouve toujours un bon prétexte pour repousser un repas que pourtant je ne peux qu’imaginer exceptionnel.
Bon j’arrête la psychanalyse et revenons à la cuisine et plus particulièrement au dessert que l’on nous apporte avec la coupe de champagne. Et là je crois rêver  j’ai devant moi le « Pamplemousse et Campari en sorbet, tendre gelée d’hibiscus » un dessert que j’ai du préparé au moins 3 fois  à la maison pour des amis, en version complète ou allégée sans le sorbet pour un pré-dessert. Je vais pouvoir goûter l’original de ce fameux dessert, ici, au Bristol, le vrai, pas la copie que je prépare laborieusement dans ma cuisine !!!

Un samedi au Bristol   Thé, champagne, gourmandises et défilé Maison Lejaby Couture
Émotion, première cuillère. Eh bien cette gelée d’hibiscus est aussi bonne qu’à la maison. Elle me régale encore par son subtil dosage entre l’acidité et le sucrée. Je ne vais pas faire le faux modeste, je suis assez fier de retrouver les mêmes goûts dans ce dessert made in Bristol que dans ma version maison. Finalement je ne bosse pas si mal que ça !

Petites attentions …

L’instant magique commence à prendre fin et nous voilà chacun avec un joli sac à l’image de la marque Lejaby avec à l’intérieur l’ultime petite attention qui fera durer le souvenir du moment : 2 jolis sous-vêtements en dentelle.

Jusqu’au bout le plaisir continue et finalement au moment de régler la note* de cette après-midi je ne pense même pas au prix. Je me dis simplement qu’avant de partir on va faire un petit détour par le restaurant, jeter un œil à la carte et se promettre que dans pas longtemps on revient et pas que pour le thé …

Un samedi au Bristol   Thé, champagne, gourmandises et défilé Maison Lejaby Couture

* 70€ par personne.

www.maisonlejabycouture.fr

 

Modernist Cuisine   Art et science culinaires   Volume 2 Techniques et équipementAprès le premier volume consacré à l’Histoire et aux fondamentaux, présentation du deuxième volume de Modernist CuisineModernist Cuisine   Art et science culinaires   Volume 2 Techniques et équipement dédié aux techniques et équipement.

2 – Techniques et équipement

La cuisine traditionnelle
J’aurai plutôt appelé ce chapitre  »Cuissons ». 145 pages sur toutes les méthode de cuisson, enfin les méthodes traditionnelles. 145 pages pour 14 méthodes (Griller au barbecue, au four, cuire à la plancha, sauter, bouillir, braiser, etc) expliquées, mais surtout analysées.

C’est le début des photos pleines pages assez bluffantes avec ses cocottes et ses casseroles coupées en deux pour expliquer ce qu’il s’y passe pendant la cuisson.
C’est sérieux, mais toujours avec une approche ludique, comme ce poulet cuit sur une canette de bière !
Même le fumage est abordé, le choix du bois, le fumage à froid, à chaud…

Modernist Cuisine   Art et science culinaires   Volume 2 Techniques et équipement

Les fours modernes
Par fours modernes on entend micro-ondes et four vapeur ou fours mixtes/combi.
30 pages sur les fours vapeurs et autant vous dire que cette partie s’adresse principalement aux pro, le matériel utilisé tourne autour de 3 000/4 000 € pour les moins chers. On peut éventuellement s’en rapprocher avec certains fours grands publics mais le ticket d’entrée est quand même à plus de 1 000 €. Cette partie est aussi celle où apparaissent les premières recettes.

Plus accessible : le bon vieux micro-ondes présente pratiquement dans toutes les cuisines. Là c’est plus succin, mais on comprend mieux l’action des ondes sur les aliments.

Modernist Cuisine   Art et science culinaires   Volume 2 Techniques et équipement

La cuisine sous vide
C’est un peu (beaucoup !) pour cette partie que je me suis laissé tenté par l’achat de cet ouvrage hors norme. Certes il existe déjà de la littérature sur le sous vide mais soit c’est en anglaisModernist Cuisine   Art et science culinaires   Volume 2 Techniques et équipement (et je connais beaucoup plus le Shakspeare de l’informatique que celui de la cuisine) soit souvent plus en stock et quand même pas donné quand on trouve encore quelques exemplairesModernist Cuisine   Art et science culinaires   Volume 2 Techniques et équipement.

Modernist Cuisine   Art et science culinaires   Volume 2 Techniques et équipement

Pour le grand public, cuisine sous vide = cuisine industrielle. Ce n’est pas entièrement faux, l’industrie agro alimentaire ayant trouvé là un moyen de prolonger la durée de conservation des denrée, pratique et économique. En cuisine de restauration, la vraie restauration, celle qui transforme les produits, la cuisson sous vide permet d’accéder à des cuissons longues avec des températures contrôlées pour atteindre le meilleur du produits. Pas de risque de sur cuisson qui dénature le produit ou de sous cuisson. La cuisson sous vide permet aussi de prolonger la conservation des préparations dans des conditions idéales. Evidemment il est possible de s’en passer, beaucoup s’en passent d’ailleurs !

 

Quel intérêt le sous vide pour le particulier ? Pas beaucoup, sauf peut-être celui de prolonger la durée de conservation des surgelés maisons en les préservant de l’air qui dessèche les aliments. Après c’est comme pour d’autres passions, certains plongent dedans à fond, vont au bout des choses et essayent tout. En informatique on les appellent des « geeks ». Ils ont le dernier iPad, en rêvent avant la sortie, et connaissent par coeur tous les niveaux du derniers jeux en ligne. Pourquoi n’y aurait-il pas la même chose pour la cuisine? Et pour les « geeks » de la cuisine, la cuisson sous vide c’est évidement le truc à connaitre et à maîtriser. On peut vivre sans, cuisiner sans, mais connaitre et faire c’est quand même très amusant. Seulement quand il s’agit de cuire à des températures assez basses il est bon d’avoir de bonnes notions sur la sécurité alimentaire et la cuisine sous vide. Dans Modernist Cuisine il y a tout ça, et même plus, jusqu’au choix du matériel, c’est un des plus gros chapitre.
Autant vous dire tout de suite que si la cuisine sous vide ne vous intéresse pas et que vous n’envisagez pas d’investir les 600/700 € nécessaire dans une sous videuse et un thermoplongeur, la majorité des recettes présentes dans Modernist Cuisine ne vous concerneront pas. On comprend mieux pourquoi ce chapitre sur la cuisine sous vide est important pour la suite.
Les thèmes abordés sont : Pourquoi le sous vide ? Procédés pour cuire sous vide, les emballages sous vide, le matériel sous vide, les cuiseurs sous vide, les bains sous vide, les stratégies pour refroidir et réchauffer, congeler sous vide, blanchir et brunir en vue de mettre sous vide.

En fin de chapitre, 4 pages consacrées aux tables de cuisson sous vide. Ces tables sont très importantes pour estimer la température atteinte au coeur des aliments en fonction de leur température initiale et de leur taille. Contrairement à une idée reçue, en cuisson l’important c’est la taille, l’épaisseur, et non le poids.

L’approche moderniste
La photo du laboratoire de l’équipe de Modernist Cuisine donne le ton, ça ressemble plus à un labo de chimie qu’a une cuisine ! La liste du matériel le confirme : Sous videuse à cloche, évaporateur rotatif, bain circulant chauffant et refroidissant, pompe à membrane, homogénéisateur à très haute pression, homogénéisateur à ultrasons, pompe à vide, centrifugeuse. J’ai l’impression d’être dans un laboratoire des mes lointaines études de chimiste !

Modernist Cuisine   Art et science culinaires   Volume 2 Techniques et équipement

L’extraction des arômes
C’est avec ce chapitre que l’on rentre vraiment dans le bain de la cuisine moderniste. On découvre que la préparation d’un fond (de boeuf, de veau, de légumes) c’est une extraction d’arômes ! Pareil pour les bouillons, les fumets, les infusions. Beaucoup de recettes, beaucoup d’utilisation du sous-vide !
Les extractions plus techniques, à l’alcool, sont abordées ainsi que les méthodes de filtration et de clarification.
Pour finir, la transformation des produits en poudre, en purée, en cristaux, le séchage, la cryogénisation finissent ce volume très technique, bigrement passionnant.

 

Modernist Cuisine   Art et science culinaires   Volume 2 Techniques et équipement

J’ai commencé à m’intéresser à la cuisine avec la cuisine japonaise il y a maintenant quelques années. Les japonais attachent beaucoup d’importance à la coupe, et pour une bonne coupe il faut de bons outils. C’est comme ça que j’ai acheté mes premiers couteaux japonais. J’avais en tête l’image du couteau traditionnel, avec le manche en bois, la virole noire, et une belle lame bien aiguisée. A l’époque, trouver un couteau japonais n’était pas aisé sauf dans certaines armureries qui distribuaient la marque Chroma. C’est ainsi que je me suis retrouvé avec mon premier couteau japonais, un Chroma Haiku Home.

Lors de mon dernier achat, un magnifique Deba,  j’ai remarqué dans la boutique un autre type de couteau avec un design plus moderne, très racé, toujours de la marque Chroma : le Type 301.

Couteau à fruits et légumes Type 301 AST de Chroma

Quand on voit la forme de ces couteaux et surtout la forme de leur manche on peut rester dubitatif quand à la maniabilité. On est quand même très loin du manche traditionnel. Pourtant à les voir dans pratiquement toutes les cuisines professionnelles il ne doit pas y avoir que la lame de bien!
Bon je ne suis pas reparti avec, ce n’était alors pas prévu au budget, mais je savais pertinemment qu’un jour je craquerai ! Ce jour est arrivé !

Couteau à fruits et légumes Type 301 AST de Chroma

Je suis l’activité de Chroma via leur blog et leur page Facebook et il y a quelques mois un nouveau couteau Type 301 a été présenté avec une particularité, une technique baptisée AST pour ANTI STICK TECHNIC, spécialement conçu pour la découpe des fruits et légumes. Le système AST c’est une multitude de rainures sur une des faces du couteau. Elles doivent éviter que les aliments ne restent collés sur la lame du couteau.

Pour la ménagère de moins de 50 ans, la rondelle de concombre qui reste ventousée sur la lame n’est évidemment pas vraiment un problème insurmontable, vu la cadence de coupe, un peu plus de temps pour décoller cette rondelle de concombre ce n’est pas grave.
Par contre je veux bien croire qu’en milieu professionnel, tout ce qui ralenti la coupe peut devenir gênant .

Dans ma collection de couteau japonais il me manquait un bon couteau à légumes, c’est justement la mission de ce nouveau Type 301, une bonne excuse pour se faire plaisir.

L’écrin

Couteau à fruits et légumes Type 301 AST de Chroma

Certes ce couteau a un prix, le genre de prix qui fait que l’on ne risque pas de l’oublier quelque part! Par contre avant même de l’utiliser, l’emballage est à la hauteur, c’est du haut de gamme. Si c’est pour offrir à un passionné de cuisine un simple papier cadeau suffira pour mettre le tout en valeur.

Lire la suite =>>>>

Les chefs David Toutain et Akrame Benallal dans une cuisine ce n’est quand même pas un évènement. Par contre David Toutain et Akrame Benallal ensemble dans la même cuisine … ça a quand même un petit côté exceptionnel.

Akrame Benallal et David Toutain à lEcole Française de Gastronomie Ferrandi

David Toutain, Akrame Benallal, Stéphane Gabrielly

L’occasion c’est un dîner dans un des restaurants pédagogiques de l’Ecole Française de Gastronomie Ferrandi.
Aidés par les chefs formateurs Stéphane Gabrielly et Sébastien de Massard ils vont préparer un menu gastronomique avec les élèves de la section anglophone. On dit « anglophone » parcequ’il faut bien avoir une langue commune entres toutes les nationnalités rassemblé dans cette section. Sans cela on y parlerait français, portuguais, espagnol, arabe, ébreux, italien, yougoslave … une vrai tour de Babelle. Autant vous dire que la cuisine rassemble tout le monde autour d’une même motivation : apprendre et partager.

Une nouvelle fois je vais être aux premières loges, je ne m’en lasse pas, les techniques sont à chaque fois différentes. Ca part tout de suite sur les chapeaux de roues, il est passé 16H00 et à 20H00 il y a 70 convives à servir dans le restaurant d’application.

Si on m’avait dit qu’un jour je serai là…
Avec la vidéo et les quelques photos qui suivent j’espère pourvoir vous faire revivre cet instant. Je commente au fur et à mesure.

Akrame Benallal et David Toutain à lEcole Française de Gastronomie Ferrandi

David Toutain explique aux élèves la préparation des "asperges à boire et à manger"

Akrame Benallal et David Toutain à lEcole Française de Gastronomie Ferrandi

David Toutain - Stéphane Gabrielly - Akrame Benallal - Sébastien de Massard

Akrame Benallal et David Toutain à lEcole Française de Gastronomie Ferrandi

Akrame Benallal et Stéphane Gabrielly

Akrame Benallal et David Toutain à lEcole Française de Gastronomie Ferrandi

Akrame Benallal expliquant la cuisson du boeuf

Akrame Benallal et David Toutain à lEcole Française de Gastronomie Ferrandi

David Toutain

Akrame Benallal et David Toutain à lEcole Française de Gastronomie Ferrandi

Préparation des navets pour l'entrée

Akrame Benallal et David Toutain à lEcole Française de Gastronomie Ferrandi

Akrame Benallal et David Toutain à lEcole Française de Gastronomie Ferrandi

Bonne ambiance entre les chefs invités et les étudiants

Point commun entre David Toutain et Akrame Benallal : à l’aise tout de suite avec les étudiants! Difficile d’imaginer qu’ils n’ont jamais travaillé ensemble. Ça part tout de suite très fort, les étudiants sont quand même un peu impressionnés mais les chefs savent détendre l’ambiance tout en restant concentré sur le travail. On sent bien qu’ils savent très bien où ils vont, aucune inquiétude.

Akrame Benallal et David Toutain à lEcole Française de Gastronomie Ferrandi

Akrame Benallal et David Toutain à lEcole Française de Gastronomie Ferrandi

Stéphane Gabrielly donne un coup de main

Akrame Benallal et David Toutain à lEcole Française de Gastronomie Ferrandi

Sébastien de Massard donne également un coup de main pour la garniture pomme de terre du boeuf.

Akrame Benallal et David Toutain à lEcole Française de Gastronomie Ferrandi

Le poste amuse bouche pour la préparation de l'asperge à boire et à manger.

Akrame Benallal et David Toutain à lEcole Française de Gastronomie Ferrandi

Préparation de petits navets qui seront cuits sous vide simplement avec une noix de beurre.

Akrame Benallal et David Toutain à lEcole Française de Gastronomie Ferrandi

David Toutain explique l'asperge à boire et à manger.

Lire la suite =>>>>

Versailles, son château, ses belles avenues, ses beaux immeubles. C’est un peu comme Paris, en plus silencieux, plus propre, plus respirable, plus tranquille.

Ce n’est pas le château qui nous y a attiré mais le marché du Carré Royal, une belle surface, du choix. A l’approche de midi mon horloge interne crie famine et se pose alors la question : « qu’est ce qu’on mange ? ». Nous sommes à 30 minutes en voiture de la maison, le temps de rentrer, faire à manger … ouais bof.
Lors de notre dernière visite versaillaise où nous avions déjeuner au Trianon Palace, j’avais repéré quelques adresses dont L’Angélique, 1 étoile au Michelin. C’est à 200 mètres du Carré Royal et vraiment pas loin du château à pieds. Premier menu à 48€, Le choix proposé nous plait, on y va.

L’Angélique c’est la deuxième adresse du chef Régis Douysset qui possède aussi l’Escarbille 1* à Meudon. Sur place c’est son ancien second de l’Escarbille Alix Guiet, qui est en cuisine. L’angélique fut ouvert en 2008, première étoile Michelin un an après.

Quelques tables au Rez-de-chaussée, mais c’est finalement à l’étage que nous serons installés, c’est plus lumineux. Les tables sont bien espacées, on se sent à l’aise. Beau parquet. Murs en lambris de bois brut blanc, poutres blanchies, déco réussie.

LAngélique   Versailles

De quoi grignoter en choisissant nos plats. Rien de transcendant, trop « pâtes », feuilletée, brick. Peut-être qu’avec un petit verre d’apéritif … mais on commence à l’eau, on se rattrapera avec le vin.

LAngélique   Versailles

Lire la suite =>>>>

Autant vous dire tout de suite que pour me voir participer à un dîner avec 100 convives, sponsorisé par Europe1, Elle à Table et Google+ il fallait vraiment qu’il y ait une bonne motivation, très culinaire, pour faire oublier le côté showbiz du truc ! Les mondanités et moi ça fait 2 !

La Cuisine des Etoiles   Dîner et visite du marché de Rungis 1/2

Par contre un dîner préparé par 4 chefs étoilés, un jeune sommelier talentueux au palmarès impressionnant et une des Meilleures Ouvrières de France spécialité Fromagère c’est tout à fait mon truc. Cela m’a suffisamment motivé pour jouer le jeu et être actif sur la page Google+ de La Cuisine des Etoiles, pour bien faire comprendre ma motivation

La Cuisine des Etoiles j’en ai parlé ici et tout juste une semaine avant ce fameux dîner, j’ai eu le plaisir de faire partie des quelques invités d’une des blogueuses participant à l’opération, Mercotte. Quelques jours après on découvre enfin le lieu du dîner qui était jusque là bien tenu secret : le Marché de Rungis !! Super c’est à moins d’une heure en voiture de la maison. Moins super : je devais être en vacances cette semaine là, c’est à dire plus vraiment très près finalement !!
Vacances ? dîner? vacances? dîner? vacances? dîner ? femme à convaincre ! météo pourrie ! décision à prendre. Des vacances j’en aurai d’autres ! Rendez-vous pris  pour mercredi 18 avril à 20h00 à l’Espace Rungis, une salle de location au coeur du marché de Rungis.

La Cuisine des Etoiles   Dîner et visite du marché de Rungis 1/2

Vestiaire, coupe(s) de Champagne, toasts foie gras, petites mises en bouche, mais je me réserve pour la suite ! Discussions, voir en « vrai » des gens que l’on fréquente virtuellement sur Facebook, c’est sympa.
Le rideau du fond s’ouvre, une dizaine de tables rondes dressées autour d’une harpe, une musicienne à la harpe, surprise, ambiance feutrée malgré le monde présent. Les plans de tables sont faits, je suis à la table de Mercotte, mon inviteuse (je sais ça n’existe pas), et du chef Christophe Aribert.

Il est temps de vous parler de l’essentiel non ? Alors dans l’assiette ? Et dans les verres ?

Les photos ne sont pas au top, ambiance lumineuse feutrée.

 

Patrick Bertron

L’entrée est une création de Patrick Bertron le chef du Relais Bernard Loiseau à Saulieu.
« Minute » de queue de gambas à l’huile d’aromates, tartare mariné aux épices, chutney d’ananas et vinaigrette de mangue.

Lire la suite =>>>>

La Cuisine des Etoiles   Dîner et visite du marché de Rungis 1/2


iTaste

Recettes de cuisine Recettes Wikio - Top des blogs - Gastronomie
Get Adobe Flash player