Autant vous dire tout de suite que pour me voir participer à un dîner avec 100 convives, sponsorisé par Europe1, Elle à Table et Google+ il fallait vraiment qu’il y ait une bonne motivation, très culinaire, pour faire oublier le côté showbiz du truc ! Les mondanités et moi ça fait 2 !

La Cuisine des Etoiles   Dîner et visite du marché de Rungis 1/2

Par contre un dîner préparé par 4 chefs étoilés, un jeune sommelier talentueux au palmarès impressionnant et une des Meilleures Ouvrières de France spécialité Fromagère c’est tout à fait mon truc. Cela m’a suffisamment motivé pour jouer le jeu et être actif sur la page Google+ de La Cuisine des Etoiles, pour bien faire comprendre ma motivation

La Cuisine des Etoiles j’en ai parlé ici et tout juste une semaine avant ce fameux dîner, j’ai eu le plaisir de faire partie des quelques invités d’une des blogueuses participant à l’opération, Mercotte. Quelques jours après on découvre enfin le lieu du dîner qui était jusque là bien tenu secret : le Marché de Rungis !! Super c’est à moins d’une heure en voiture de la maison. Moins super : je devais être en vacances cette semaine là, c’est à dire plus vraiment très près finalement !!
Vacances ? dîner? vacances? dîner? vacances? dîner ? femme à convaincre ! météo pourrie ! décision à prendre. Des vacances j’en aurai d’autres ! Rendez-vous pris  pour mercredi 18 avril à 20h00 à l’Espace Rungis, une salle de location au coeur du marché de Rungis.

La Cuisine des Etoiles   Dîner et visite du marché de Rungis 1/2

Vestiaire, coupe(s) de Champagne, toasts foie gras, petites mises en bouche, mais je me réserve pour la suite ! Discussions, voir en « vrai » des gens que l’on fréquente virtuellement sur Facebook, c’est sympa.
Le rideau du fond s’ouvre, une dizaine de tables rondes dressées autour d’une harpe, une musicienne à la harpe, surprise, ambiance feutrée malgré le monde présent. Les plans de tables sont faits, je suis à la table de Mercotte, mon inviteuse (je sais ça n’existe pas), et du chef Christophe Aribert.

Il est temps de vous parler de l’essentiel non ? Alors dans l’assiette ? Et dans les verres ?

Les photos ne sont pas au top, ambiance lumineuse feutrée.

 

Patrick Bertron

L’entrée est une création de Patrick Bertron le chef du Relais Bernard Loiseau à Saulieu.
« Minute » de queue de gambas à l’huile d’aromates, tartare mariné aux épices, chutney d’ananas et vinaigrette de mangue.


J’ai oublié de vous dire que parmi les chanceux il y a eu 4 ultra chanceux qui ont été sélectionnés pour jouer les commis d’un soir pour une démonstration sur le dressage du plat. Sur ce plat de Patrick Bertron c’est Cédric du blog Coquillettes et Crustacés qui s’y colle. Il est doué, il se ballade, je suis jaloux, je lui aurai bien piqué la place !

La Cuisine des Etoiles   Dîner et visite du marché de Rungis 1/2

Une belle taille de gambas, un beau produit, juste cuit sur à peine 2 mm d’épaisseur, autant que c’est cru. J’adore. Même si cette entrée incorpore un chutney d’ananas, la vinaigrette de mangue relève parfaitement le tout, qui a bien une note de plat salé. Ça commence très, très fort.

Ce qui est encore plus fort c’est qu’il n’y a pas de vraies cuisines là où nous sommes, c’est un service traiteur. Lenôtre ou le votre ? Ni l’un ni l’autre, c’est Potel & Chabot. Je connais de nom, et je dois dire que c’est assez bluffant, les plats qui vont se suivrent tout au long de la soirée paraissent préparés à la minute, particulièrement le poisson. Mon voisin de gauche, Christophe Aribert, 2* Michelin, est lui aussi très agréablement surpris.

Antoine Pétrus

Un repas sans vin ??? Mais non, tout est prévu. C’est Antoine Pétrus, régulièrement nommé « Meilleur jeune sommelier de France » et en 2011 « Meilleur Ouvrier de France Sommellerie », qui concocte les accords mets/vins.

Pour cette entrée nous est servi un vin autrichien, un blanc, un magnum de Kamptal Gruner Veltliner « Rield Lamm », 2007 Scholss Gobelsburg. Ça démarre fort, pas des classiques que des découvertes au cours de ce repas d’exception.

Michel Portos

Plat proposé par Michel Portos le chef du Saint James à Bouilac
Spéciales Gillardeau grillées croquantes.

Voilà des chefs qui n’ont pas peur. Après la gambas presque crue de Patrick Bertron, voilà les huîtres de Michel Portos !
Sur la centaine de personnes présentes, servir des huîtres, c’est être sûr d’avoir au moins 10/15 personnes qui tiquent. Ca ne loupe pas, mes voisins de gauche et de droite ne sont pas vraiment fans. Tant mieux pour moi, je fais le gueulard en taxant une des huîtres délaissées. J’en aurai bien pris beaucoup plus, mais c’est le début du repas et à mon avis comme c’est parti on ne risque pas d’avoir faim par la suite! Laisser une place pour le dessert, surtout que ce soir c’est fromage et dessert, sans supplément !

La Cuisine des Etoiles   Dîner et visite du marché de Rungis 1/2

Vous aurez compris que les huîtres c’est mon truc. Avant même de voir l’assiette, j’aime. La petite surprise que l’on ne voit pas ici, ce sont les nouilles soba lovées sous les huîtres bien charnues. Les soba sont des pâtes japonaises, les « spaghettis » japonais, même si comme l’explique Michel Portos lors de la démonstration du dressage du plat ce ne sont pas les italiens mais les chinois qui ont « inventé » les pâtes. Ça devrait se manger en une bouchée, dixit Michel Portos, mais ces huîtres sont tellement grosses que pour certaines en deux bouchées c’est quand même plus classe si on ne veut pas manger comme un goret !!! Ce n’est pas une deuxième entrée mais bien un plat, il y a de quoi manger.

Le vin : Magnum d’Alsace Grand Cru Riesling, « Steingrubler », 2007, Geneviève et François Barmès Buecher. En vin je ne m’y connais malheureusement pas beaucoup (pas du tout) je serai bref : j’aime!

Christophe Aribert

Le plat de Christophe Bacquié le chef de l’Hôtel du Castellet à Castellet, connu aussi pour son circuit.
Merlu de ligne en filet, cuisiné au beurre mousseux, pommes de terre Ratte juste écrasées à la fourchette, condiments et truffe noire, jus brun de volaille tranché d’un beurre noisette. 

La Cuisine des Etoiles   Dîner et visite du marché de Rungis 1/2

Un sacré énoncé pour cette recette, mais après ça il n’y a plus rien à dire, au moins sur la composition du plat.
Je n’avais encore pas parlé du service : au top, comme au restaurant. Tous les convives de la table sont servis en même temps, assiettes clochées dans le cas de ce plat de poisson, déclochées à l’unisson pour libérer les arômes de la truffe. Ensuite c’est un jus de volaille qui est délicatement versé sur chaque filet de merlu.Vous remarquerez que visuellement c’est assez simple, juste une « pastille » de truffe. La simplicité cache pour le coup un poisson tout simplement divinement cuit et chaud. Oui ça arrive bien chaud. C’est bon et techniquement il n’y a en plus rien à dire. Avec l’entrée c’est le plat le plus réussi de ce repas, je me délecte doucement, en silence. Je crois bien que j’oubli ce qu’il y a autour de moi. Je sirote en alternance le vin proposé, un saumur « Brézé », 2001 Clos Rougeard.

Marie quatrehomme

Les fromages de Marie Quatrehomme
Ne m’en veuillez pas, j’ai oublié un quelques-uns de ces fromages.
Impossible à oublier : des coupeaux de mimolette. J’adore ce fromage du nord, sûrement un peu parce que j’ai été « élevé » avec, sur une tartine de pain beurré, comme si il fallait ajouter du gras au gras ! Les étoiles sont formées dans du Comté, et ce petit morceau de brie surmonté d’un chutney bien sucré font passer ce fromage pour un prè-dessert !

La Cuisine des Etoiles   Dîner et visite du marché de Rungis 1/2

Pour le vin, Marie Quatrehomme conseille à 80% des blancs. Dans notre culture il est vrai que l’on associe fromage et vin rouge et pourtant les accords les plus réussis sont à base de blancs surtout avec les fromages un peu caractériels. Les rouges ont tendance à vouloir se battre pour couvrir le fromage alors que les blancs tendant à les accompagner, c’est nettement plus agréable.
Comme un défi, Antoine Pétrus le sommelier de la soirée à choisi un rouge, mais pas un rouge tannique et puissant, un Barolo – Riversa « Pernanno », 2006 Azienda sobrero Francesco. Un vin italien après un vin autrichien, c’est une soirée viticolement très européenne.

Christophe Aribert

Voici le dessert de Christophe Aribert le chef du restaurant « Les Terrasses » au Grand Hôtel à Uriage.
Chocolat jasmin, croustillant au citron vert, fine gelée Muscat, agrumes, sorbet à l’orange. 

La Cuisine des Etoiles   Dîner et visite du marché de Rungis 1/2

Autant vous tout de suite que si dans une formule on me propose « entrée+plat » ou « plat+dessert » je prends systématiquement la première formule. Je me passe très bien du dessert, surtout après quelques morceaux de fromages.

Ce dessert se présente en deux parties et à mon goût il y en a une de trop, mais cela est mon goût très personnel de celui qui n’a plus vraiment faim et recherche plutôt la fraîcheur de cette fine gelée au Muscat, avec quelques suprêmes d’agrumes au fond et ce sorbet à l’orange très fin. A côté, ce chocolat est un peu difficile à finir, non pas que cela ne soit pas bon, mais à ce stade du repas plus vraiment envie de quelque chose de trop consistant.

Cela ne m’empêchera pas de siroter (et le terme est bien choisi) le nectar proposé par notre sommelier : un Valais – Martigny « Alchimie », 2002 Christophe Abbet et Antoine Pétrus. Une couleur peu commune, presque orangée, un parfait vin de dessert resté 9 ans en fût avant une mise en bouteille en 2011. Autant vous dire que c’est un vin d’exception, servi en magnum comme la plupart des vins de cette soirée.

00h15 fini ? Le repas, oui … la nuit non !

Rungis

Un bus attend les plus téméraires pour une visite du pavillon de la marée, pas tout le marché de Rungis. Il faut dire qu’à cette heure de la nuit il n’y a que le pavillon de la Marée qui vit. Les fleurs, la viande, les volailles c’est plus tard.
A suivre prochainement …..

La Cuisine des Etoiles   Dîner et visite du marché de Rungis 1/2

 

La Cuisine des Etoiles   Dîner et visite du marché de Rungis 1/2