Versailles, son château, ses belles avenues, ses beaux immeubles. C’est un peu comme Paris, en plus silencieux, plus propre, plus respirable, plus tranquille.

Ce n’est pas le château qui nous y a attiré mais le marché du Carré Royal, une belle surface, du choix. A l’approche de midi mon horloge interne crie famine et se pose alors la question : « qu’est ce qu’on mange ? ». Nous sommes à 30 minutes en voiture de la maison, le temps de rentrer, faire à manger … ouais bof.
Lors de notre dernière visite versaillaise où nous avions déjeuner au Trianon Palace, j’avais repéré quelques adresses dont L’Angélique, 1 étoile au Michelin. C’est à 200 mètres du Carré Royal et vraiment pas loin du château à pieds. Premier menu à 48€, Le choix proposé nous plait, on y va.

L’Angélique c’est la deuxième adresse du chef Régis Douysset qui possède aussi l’Escarbille 1* à Meudon. Sur place c’est son ancien second de l’Escarbille Alix Guiet, qui est en cuisine. L’angélique fut ouvert en 2008, première étoile Michelin un an après.

Quelques tables au Rez-de-chaussée, mais c’est finalement à l’étage que nous serons installés, c’est plus lumineux. Les tables sont bien espacées, on se sent à l’aise. Beau parquet. Murs en lambris de bois brut blanc, poutres blanchies, déco réussie.

LAngélique   Versailles

De quoi grignoter en choisissant nos plats. Rien de transcendant, trop « pâtes », feuilletée, brick. Peut-être qu’avec un petit verre d’apéritif … mais on commence à l’eau, on se rattrapera avec le vin.

LAngélique   Versailles

Justement pour le vin, on se laisse guider en fixant une fourchette de prix. Le sommelier nous propose une dégustation à l’aveugle, il choisi la bouteille à nous de deviner. Vu nos connaissances ce sera par élimination plus que par connaissances! On découvrira un blanc d’Anjou, Effusion 2009 de Patrick Beaudouin. Il accompagnera parfaitement tout le repas.

LAngélique   Versailles

Entrée de MaDame.
Salade de lentilles vertes du Puy, écrevisses, anguilles, fritot de cuisses de grenouille.
C’est bon. Les lentilles sont fermes mais c’est une cuisson sûrement voulue.

LAngélique   Versailles

Mon entrée
Médaillon de homard fumé minute, noisettes et asperges vertes.
Beaux produits. Fumé bien présent, c’est ce qui teinte d’ailleurs le homard en jaune.

LAngélique   Versailles

Plat de MaDame
Turbot cuit meunière, févettes et beurre blanc à la sarriette.
On ne s’en rend pas compte sur cette photo mais ce morceau de turbot est énorme, c’est bien servi, c’est généreux. Plat sobre.

LAngélique   Versailles

Mon plat
Lieu jaune bouillon oriental gingembre et citronnelle, choux pak-choï.
Encore une fois, pas de radinerie sur les pièces de poisson, c’est copieux. Plus que les garnitures, qui pour le coup viennent un peu à manquer. Enfin je préfère ça à la situation inverse. Bonne cuisson du lieu, c’est parfait. A mon goût pas assez de présence du gingembre et de la citronnelle dans le bouillon, il aurait pu être plus parfumé. Question de goût.

LAngélique   Versailles

Dessert de MaDame
Crémeux de citron de Menton meringué aux framboises, sorbet litchi.
Frais, pas trop sucré. Sorbet litchi excellent mais un goût de … trop peu ! Enfin c’est bien suffisant mais c’est tellement bon qu’on en mangerait bien un peu plus.

LAngélique   Versailles

Mon dessert
Déclinaison de Poire, compotée de pruneaux à la vanille, nougatine au sésame.
Comme d’habitude difficile de m’emballer sur un dessert, mais il n’y a rien à dire, ça se termine sans problème.

LAngélique   Versailles

Un petit mot sur le service qui est agréable et attentif. Aucune fausse note.
Aucun point négatif ? Peut-être le prix. Surtout que certains plats, comme mon entrée, sont avec supplément.
En 2009 cette même formule était à 38€, 41€ début 2011, 44€ fin 2011, et maintenant 48€ …

A refaire : Oui, sûrement, si encore de passage à Versailles.

Le site de L’Angélique : www.langelique.fr

 

LAngélique   Versailles