Thierry Marx   Sweet MarxEst-ce bien la peine de présenter Thierry Marx, surtout depuis la première diffusion de Top Chef en 2010 ?

Le bonhomme fait maintenant partie des chefs reconnus, non plus seulement par la profession et quelques amateurs éclairés mais aussi par tous les passionnés de cuisine qui ont suivi la saga Top chef. Mais mettre un visage sur un nom n’est pas forcément connaître, donc un petit résumé sur le parcours de Thierry Marx ne mange pas de pain !

Le Chef

Thierry Marx est un « titi » parisien, né dans la capitale en 1962.
Il débute dans la cuisine par un CAP de pâtissier, chocolatier et glacier (hé oui, tout ça!!) chez les Compagnons du Devoir en 1978.
A 18 ans c’est le début de sa période militaire, parachutiste dans l’infanterie, casque bleu au Liban en pleine guerre.
Disons qu’après ça, le reste ne doit être que plaisir. CAP/BEP de cuisinier, il reprend le chemin des cuisines en tant que commis dans de belles maisons comme Ledoyen, Taillevent et Robuchon.

Plusieurs établissements plus tard, avec notamment des expériences en Asie qui influencent fortement sa cuisine, il s’installe à Cordeillan-Bages en 1996. La première étoile arrive sans tarder en 1996, et la deuxième étoile ne mettra que 4 ans de plus pour arriver. Espoir trois étoiles en 2004, elle ne viendra pas.

Thierry Marx quitte Cordeillan-Bages en 2010 pour de nouvelles aventures, retour aux sources à Paris pour le poste de chef du nouveau palace Mandarin Oriental qui doit ouvrir en juillet 2011.
Un palace au goût d’Asie à Paris, pour ce chef aux origines parisiennes et aux influences orientales… c’est peut-être le mélange 3 étoiles que Thierry Marx attendait.

Le livre

Un livre uniquement desserts est une chose peu courante dans les livres de chefs étoilés, on retrouve plus souvent un mélange de plats salés et de desserts. Mais quand on sait que Thierry Marx a commencé par la pâtisserie on comprend mieux.

Belle couverture avec un touché de tissus, couleurs sombres et or, on n’est pas dans le livre de poche, c’est de la haute couture, du beau livre.
Pas de blabla, seules quelques pages disséminées dans l’ouvrage parlent d’autres choses que des recettes.

Thierry Marx ayant la réputation de baigner dans la cuisine moléculaire on pourrait craindre un livre de recettes toutes plus irréalisables les unes que les autres !!! Mais non, la majorité des recettes utilisent du matériel standard, qu’il est d’ailleurs facile de repérer avec la petite liste de matériel et produits exotiques en bas de chaque recettes. Ainsi en un coup d’œil on évite de s’embringuer dans une recette qui nécessite 1 litre d’azote, pas vraiment évident à trouver au supermarché du coin !!!

Les déroulés de recettes sont synthétiques et je vais attendre de m’attaquer à quelques unes de ces beautés pour porter un jugement sur leur reproductibilité dans une cuisine familiale.

Je ne ferai qu’un seul petit reproche : les photos. Prises sur des fonds très graphiques, je trouve quelles ne mettent pas toujours bien en valeur les desserts, privilégiant un décorum très moderne et trop présent. Les desserts de Thierry Marx sont déjà en eux-mêmes des œuvres d’arts modernes, fallait-il en rajouter ? Question de goût peu importante finalement.

Comme beaucoup de livres de ce type, il faut casser sa tirelire, 45 € mais ils sont entièrement justifiés, aucun regret, moins de 0,50 € par recette !!!!

Thierry Marx   Sweet Marx

Thierry Marx   Sweet Marx

Thierry Marx   Sweet Marx

Thierry Marx   Sweet Marx

Thierry Marx   Sweet Marx